Forum complet

Le plus complet des forums, le plus complet de la toile
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 les malades touchés au portefeuille

Aller en bas 
AuteurMessage
chuzzle
Animateur
 Animateur
avatar

Féminin Messages : 3071
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 44
Localisation : Moselle

MessageSujet: les malades touchés au portefeuille   Lun 19 Mar - 22:42

Moi ça va encore, mais d'autres filles me disent qu'elles ne peuvent même plus payer certains médicaments". Hélène Benardeau tire la sonnette d'alarme. Atteinte d'un cancer du sein en 2002 suivi d'une récidive huit ans après, cette professeur d'espagnol de 42 ans (1) a vu son budget largement entamé du fait de sa maladie. "En 2002, je n'avais aucun souci financier par rapport à mon cancer, assure-t-elle. J'ai vu une très nette différence en 2010."


En cause selon Hélène : le déremboursement de certains traitements par l'Assurance-Maladie. "Le reste à charge pour les patients ne fait qu'augmenter, estime-t-elle. Par exemple, des médicaments qui visent à atténuer les effets secondaires de la chimiothérapie sont très mal remboursés car ils ne sont plus considérés comme ALD (destinés à traiter des affections de longue durée, NDLR). Suite à la chimio, j'ai eu de gros soucis dermatologiques, or les pommades qui n'étaient prescrites pour traiter ce problème n'étaient absolument pas remboursées".
L'addition est encore alourdie par les frais d'hospitalisation et de transport. Les patients doivent désormais s'acquitter d'un forfait hospitalier de 18 euros par jour et depuis 2011, le transport des malades atteints d'une affection de longue durée n'est plus systématiquement pris en charge par la Sécurité sociale.

Plus de 800 euros par an de traitements

De fait, les malades doivent payer de leur poche pour se soigner, confirme une enquête de la Ligue contre le cancer. 70% des personnes interrogées déclarent avoir eu des frais non remboursés. En moyenne, un patient atteint du cancer débourse 817 euros par an dans des traitements. Même si la plupart des patients disposent d'une complémentaire santé, celle-ci couvre rarement tous les frais : "la prise en charge par les mutuelles est très variable, explique Anne Raucaz, responsable de projets d'action sociale à la Ligue nationale contre le cancer. Malheureusement, on s'intéresse rarement aux taux de couverture lorsqu'on y souscrit."

Ce sont pour les soins dits de confort et les accessoires (prothèses, perruques...)que les patients doivent débourser le plus. Agée de 48 ans, Marie [2] a eu un cancer du sein il y a 11 ans. Si elle estime que "les prothèses mammaires externes sont bien remboursées par la Sécu, en revanche leur remplacement, qui est inévitable au bout d'une certaine période, est beaucoup moins bien pris en charge. Les prothèses capillaires et les soutiens-gorge spéciaux, qui coûtent très chers et qui ne sont pris en charge que par certaines mutuelles, sont aussi très mal remboursés. Et si vous allez chez un acupuncteur ou vous faire masser, cela vous coûtera 70 euros."


Renoncer à des traitements

Alors qu'ils doivent faire face à des frais supplémentaires, les patients voient en parallèle leurs rentrées d'argent diminuer. Près d'un malade sur deux constaterait une baisse significative de ses revenus. En effet, la maladie les empêche de mener une vie professionnelle normale. Arrêts de travail à répétition ou invalidité sont le lot de nombreux malades. Seule un peu plus de la moitié des patients reste en activité une fois guérie. Et les allocations sont loin de compenser le manque à gagner lié à l'absence d'activité professionnelle.

Selon leur statut et le fait qu'ils bénéficient ou non d'une assurance prévoyance, les malades sont plus ou moins bien indemnisés. "Assimilée fonctionnaire, j'ai droit à cinq ans d'arrêt-maladie pendant lesquels je touche quasiment l'équivalent de mon salaire, se réjouit Hélène. C'est vraiment un privilège par rapport à d'autres situations, notamment dans le privé".

Reste que les difficultés financières peuvent amener les malades à renoncer à certains traitements. Selon l'enquête menée par la Ligue contre le cancer 26,5% des malades ont "renoncé ou repoussé un acte médical, un achat d'appareillage ou toute autre dépense liée à la maladie".

[1]

[2] Le prénom a été modifié à la demande du témoin.

Emprunter après un cancer : le parcours du combattant
Obtenir un crédit pour l'achat d'une maison ou d'une nouvelle voiture relève souvent de l'exploit pour les personnes qui ont été atteintes du cancer. Face à des candidats considérés comme porteurs d'un risque aggravé de santé, les organismes de crédit ou d'assurance se montrent frileux.

"Quand j'ai voulu acheter un appartement avec mon mari il y a quatre ans, mon banquier m'a clairement dit que mon dosser ne passerait jamais, raconte Marie. Heureusement, on a pu prendre l'assurance-prêt en totalité sur la tête de mon mari, au lieu de 50/50 comme cela se fait habituellement. On a eu de la chance..."

Et si les aspirants acquéreurs trouvent un organisme qui accepte de leur prêter, le montant des primes, calculé en fonction de l'état de santé de l'emprunteur, atteint souvent des sommets. Pour faciliter l'accès au crédit a été mis en place depuis 2007 la convention Aeras, visant à limiter les surprimes. Mais selon Marie, ce dispositif est insuffisant. "Les taux restent vraiment prohibitifs", affirme-t-elle. Pour les ex-malades désireux d'accéder à la propriété, le chemin risque d'être encore long.




Source: http://lci.tf1.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
les malades touchés au portefeuille
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un portefeuille perdu en Corée du Sud réapparaît aux Etats-U
» avis couche mommy's touch
» vend ipod touch neuf 64g noir
» O'Connor Joshua ~I wanna touch you but it's too late~ //TERMINEE/
» ☾ every time you touch me i just melt away.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum complet :: Détente, infos et discussions :: Les informations :: Autres :: Vie quotidienne :: Santé et beauté-
Sauter vers: